Valorisation de l’emploi et des services sociaux : les recommandations de Social Services Europe au Parlement européen

23 novembre 2017

Social Services Europe, une fédération européenne qui représente les prestataires de services sociaux, médico-sociaux et de la santé, a diligenté un rapport de recherche. Elle a également émis des recommandations à ce sujet devant le Parlement européen.

Les services sociaux et médico-sociaux sont les plus grands créateurs d’emploi en Europe. En effet, depuis 2008, le secteur a créé, à l’échelle de l’Union européenne, 1,7 million d’emplois. Il est pourtant confronté à d’importants défis de recrutement et de fidélisation. Cela s’explique principalement par l’évolution démographique, les bas salaires et l’insuffisante reconnaissance du travail accompli par les professionnels pour la société.

Les attentes de Social Services Europe

Social Services Europe demande aux instances européennes de :

  • garantir des financements adéquats et pérennes pour assurer les services de qualité ;
  • promouvoir le dialogue civil au niveau national et européen. Objectif : échanger les bonnes pratiques et exploiter le potentiel d’emploi dans le secteur ;
  • promouvoir le dialogue social, via la création d’un comité sectoriel européen pour les services sociaux;
  • soutenir les efforts pour améliorer l’équilibre entre travail et vie privée, l’égalité professionnelle entre femmes et hommes et la diversité de la main d’œuvre ;
  • améliorer l’accès aux financements européens pour promouvoir la recherche, le développement et l’innovation dans le secteur.

Les recommandations pour les États membres et le niveau national

  • Les services sociaux, médico-sociaux et de la santé doivent être reconnus en tant que facteurs d’investissement social et économique plutôt que comme un coût. Nexem a promu cette vision dans sa plateforme de propositions 2017.
  • Les décideurs politiques sont incités à valoriser le travail des services et leur contribution au bien-être, à l’inclusion sociale et la croissance intelligente, durable et intégratrice. Ceci en œuvrant pour une réduction des emplois précaires et informels dans le secteur.
  • Encourager les instances d’éducation et de qualification à faire évoluer leurs référentiels de formations et à inciter les jeunes à rejoindre le secteur.
  • Soutenir les opportunités pour la formation tout au long de la vie. Dans le but, notamment, d’améliorer la compétence managériale et la connaissance des outils et démarche pour la création et le développement de services.

 

Nexem, qui adhère à Social Services Europe à travers EASPD, a été invitée à l’audition des parlementaires européens Romana Tomc[1] et Brando Benifei[2] pour apporter des éclairages sur la situation française.

Le dispositif de GPEC, un outil d’anticipation et de gestion prospective des ressources humaines, a été reconnu comme une solution permettant de répondre aux enjeux d’attractivité, de recrutement et de fidélisation.

Enfin, Slezska Diakonie, une association tchèque de services, a présenté sa campagne de recrutement qui exploite de nouvelles pistes à travers les médias sociaux, les échanges entre professionnels du secteur et écoliers et leurs événements pour les salariés retraités qui ont un rôle à jouer dans la représentation et la promotion du secteur.

 

[1] Parti populaire européen

[2] Alliance progressiste des socialistes et démocrates