Une nouvelle gouvernance à la tête de Nexem [Communiqué]

21 juin 2019

Jeudi 20 juin 2019, réunis en assemblée générale ordinaire, les membres adhérents de Nexem ont élu 24 administrateurs pour une durée de trois ans conformément aux statuts de l’organisation. Trois administrateurs représentant les régions avaient été élus le 15 mai 2019 lors de la conférence nationale annuelle des régions de Nexem. Le nouveau conseil d’administration de Nexem est ainsi représenté par 27 administrateurs.

A l’issue de l’assemblée générale, le conseil d’administration a procédé à l’élection des membres du bureau ainsi constitué :

  • président, Alain Raoul, président de l’association Anne-Marie Rallion ;
  • président délégué, Philippe Calmette, président de la FISAF ;
  • vice-présidente, Nicole Charpentier, directrice générale de l’association REALISE ;
  • vice-présidente, Catherine de Lafarge, présidente des Papillons Blancs des Rives de Seine ;
  • secrétaire général, Jean-Marie Poujol, vice-président du Comité départemental de sauvegarde de l'enfant à l'adulte de l'Essonne (CDSEA91) ;
  • trésorier, Frédéric Karinthi, vice-président de l’association Un Autre Regard Sainte Bernadette ;
  • membre, Christine Blandinières, présidente de l’Adapei des Landes ;
  • membre, Michel Caron, président de l’Alefpa ;
  • membre, Cyril Durand, directeur général de l’association LINKIAA ;
  • membre, Michel Gocel directeur général de l’association Est Accompagnement ;
  • membre, Gildas Le Scouezec, directeur général de l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace ;
  • membre, François Marie dit Calais, directeur général de l’Adapei d’Ille-et-Vilaine.

 

La nouvelle gouvernance portera le projet et l’action de Nexem autour de trois grands objectifs :

  • conduire une action volontariste pour structurer le secteur au service des attentes et des besoins actuels et futurs des personnes accompagnées, de leurs droits et de leur citoyenneté, et donner un cadre facilitateur aux associations confrontées aux mutations qui en découlent ;
  • agir en faveur de la transformation de l’offre sociale et médico-sociale, en veillant à la prise en compte des droits, des besoins et de l’intérêt des personnes accompagnées, et à la pérennité du modèle privé à but non lucratif ;
  • contribuer à la reconnaissance de l’économie sociale et solidaire et du rôle essentiel du modèle privé non lucratif, en participant à son organisation et à sa visibilité ainsi qu’à la promotion de ses valeurs qui placent la personne et la finalité sociale ou sociétale au centre.

Experts liés

Fichiers attachés

Sujet liés