Un licenciement peut être fondé sur le refus d’un salarié de travailler avec son collègue

16 avril 2019

La Cour de cassation valide un licenciement pour faute grave prononcé à la suite d’un avertissement et fondé sur le refus d’un salarié de travailler avec son collègue, qu’il aurait notamment pris à partie.

En l’espèce, un médecin est informé des difficultés relationnelles entre deux de ses collègues. L’un des deux considère, en effet, que son collègue est un « médecin dangereux » incapable d’occuper convenablement son poste.

Selon le médecin, qui a été averti, cela n’est pas justifié. Il essaye alors de faire une réunion de conciliation, mais en vain. Il informe alors l’employeur de cette situation. Ce dernier avait également été informé par l’un des deux praticiens de la relation conflictuelle. L’employeur décide alors, après un avertissement qui n’a pas eu l’effet escompté, de licencier le salarié pour faute grave.

La suite est réservée aux adhérents. Déjà adhérent ? Connectez-vous.

Adhérer à Nexem, c'est rejoindre un réseau regroupant 10 000 établissements et services employant 300 000 professionnels au service des personnes fragiles.
5 raisons d'adhérer