« Traité de Sandhurst » : vers une solution pour les mineurs non accompagnés à Calais ?

25 janvier 2018

Emmanuel Macron et Theresa May ont signé, jeudi 18 janvier, un nouveau traité sur le contrôle de l’immigration entre la France et le Royaume-Uni, lors du 35e sommet franco-britannique à l’Académie militaire royale de Sandhurst, près de Londres. Un des objectifs de ce traité est de renforcer la gestion conjointe de la frontière franco-britannique avec un traitement amélioré des mineurs non accompagnés demandeurs d’asile. Il prévoit une contribution complémentaire de Londres de 50 millions d’euros au contrôle de la frontière à Calais, où échouent de nombreux clandestins, dans l’espoir de franchir la Manche.

Le traité de Sandhurst devrait permettre, pour l’ensemble des personnes désirant rejoindre le Royaume-Uni, de réduire drastiquement les délais : de six mois à 30 jours pour les majeurs et de six mois à 25 jours pour les mineurs non accompagnés. Les deux pays se sont également mis d’accord sur des chiffres et Londres annonce le transfert de 480 mineurs en provenance de Calais et une enveloppe de 3,6 millions de livres devrait également être consacrée aux transferts sur la base des accords de Dublin, prévoyant le transfert d’un mineur dans le pays où vivent légalement ses parents ou ses frères et sœurs. Les modalités d’identification des mineurs concernés restent à préciser mais ne seront concernés que les mineurs arrivés avant la signature du traité.

 

Pour en savoir plus, consultez le communiqué en cliquant ici.