Robotique au service du handicap : le robot Leka disponible en 2020

11 avril 2019

Pendant trois ans (2016-2018), Nexem et la start-up française Leka en partenariat avec AG2R LA MONDIALE ont conçu, expérimenté et évalué des applications ludo-éducatives intégrées au robot éponyme. L’objectif était de proposer aux professionnels des établissements médico-sociaux et aux parents, un outil éducatif adapté aux enfants ayant des troubles du développement, en particulier du spectre de l’autisme. Leka poursuit aujourd’hui son parcours avec APF France handicap. Le robot sera disponible à « l’horizon 2020 » a annoncé l’association sur son site web1.

Dans le sillage de Nexem, APF France handicap se donne pour objectif de proposer un outil ludo-éducatif « qui réponde aux exigences et aux critères des professionnels du secteur médico-social» au bénéficie du plus grand nombre, mentionne l’association dans un communiqué diffusé fin mars 2019.

Du jouet à l’outil ludo-éducatif conçu avec les professionnels

Inventé en 2014 par deux jeunes ingénieurs, Ladislas de Toldi et Marine Couteau, dans le cadre de leur cours de biologie industrielle, le robot Leka était au départ conçu comme un jouet pour aider les enfants avec autisme à « sortir de leur bulle ». Leur diplôme en poche, Ladislas et Marine créent leur entreprise avec la volonté de développer un outil adapté aux besoins des enfants et à l’usage des professionnels et des parents. Ils rencontrent Nexem en 2015.

Début 2016, un partenariat tripartite sur trois ans avec AG2R LA MONDIALE voit le jour. Le but : proposer aux professionnels des établissements médico-sociaux et aux familles, un outil éducatif pertinent et facile d’utilisation, nourri des connaissances scientifiques les plus récentes et des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS). Pour Nexem, il s’agit plus largement d’appréhender les impacts de telles solutions dans notre secteur, d’accompagner l’évolution des pratiques professionnelles et de fournir des préconisations pour permettre un développement approprié et structuré au service des personnes fragiles et des structures médico-sociales.

En lien avec les orientations d’un comité d’experts et au terme d’une étude de faisabilité, les partenaires décident de construire des applications sous la forme de parcours ludo-éducatifs progressifs pour accompagner le développement des enfants ayant des troubles du spectre de l’autisme (TSA) dans trois domaines clés :

  • les aptitudes sensori-motrices ;
  • les interactions sociales ;
  • la communication.

Dès la conception des applications, les professionnels accompagnants ont été pleinement associés à travers l’observation des pratiques, des groupes de travail et des tests, dans un constant aller-retour entre la théorie et le terrain. Les parcours ont ensuite été structurés selon l’approche des méthodes comportementales et développementales encouragées par la HAS. Deux d’entre eux, axés sur l’apprentissage de la demande et du tour de rôle, ont été finalisés avec le concours du CERPPS2, laboratoire rattaché à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès en charge de l’évaluation.

Des parcours expérimentés sur le terrain et évalués scientifiquement

Entre décembre 2017 et juin 2018, le robot Leka et ses parcours éducatifs sont expérimentés auprès de 21 enfants avec TSA âgés de 4 à 14 ans, par une trentaine de professionnels au sein de cinq associations adhérentes de Nexem : l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace, Adèle de Glaubitz, l’Apeai Ouest Hérault, Ar Roc’h, Les Papillons Blancs de Dunkerque. Les professionnels impliqués observent un protocole de recherche spécifique élaboré par le CERPPS.

Leka est un petit robot sphérique conçu pour susciter la curiosité et l’intérêt des enfants avec TSA, afin de favoriser les apprentissages et l’interaction sociale. Connecté à une tablette tactile, il propose des parcours ludo-éducatifs personnalisables, se déplace en roulant, s’allume de différentes couleurs, vibre, peut émettre des sons et manifester des émotions.

L’équipe scientifique, chargée d’évaluer les apports du robot et de ses parcours pour les enfants et les professionnels, souligne dans ses conclusions l’intérêt immédiat de l’enfant envers Leka. Elle atteste d’un effet stimulant. Leka est sans conteste un renforçateur lors des séances, comparativement aux séances avec un ballon par exemple. Cela se traduit notamment par des contacts visuels et physiques plus fréquents avec l'adulte et l'objet, et des réactions positives comme les sourires ou les applaudissements. D’ailleurs, 60 % des professionnels ayant participé à l’expérimentation estiment que le robot est un « motivateur » pour les enfants. Ils précisent que Leka aide à capter leur attention pour les attirer vers les apprentissages et permet d’envisager de nombreuses utilisations. Il peut aussi aider certains d’entre eux à interagir avec un camarade.

Une « plus-value conséquente » pour les pratiques professionnelles

Du côté des professionnels, les chercheuses relèvent une « augmentation significative » du sentiment d’efficacité à l’issue de l’expérimentation. Elles précisent que 87 % d’entre eux sont satisfaits ou plutôt satisfaits de leur expérience avec Leka. 73 % disent que le robot apporte une « plus-value conséquente » à leur pratique. Il joue un rôle de « support à la relation », de « médiateur ». Il permet de « cibler des comportements spécifiques », de mettre en place de « nouvelles stratégies », « d’enrichir les pratiques éducatives, pédagogiques et thérapeutiques ». 

Les professionnels soulignent également des difficultés. Pour 60 % d’entre eux, la mise en place de l’utilisation de Leka nécessite un investissement personnel qui augmente la charge de travail. 33 % évoquent des difficultés organisationnelles, significatives d’une nécessaire adaptation de l’organisation du travail et des équipes.

Des perspectives au bénéfice du plus grand nombre

Au fil de l’expérimentation et à l’issue, les parcours, les applications et le robot ont évolué et se sont enrichis grâce aux contributions des professionnels. « Le plus gratifiant est de voir que nos retours ont été pris en compte pour l’amélioration du robot, de l’application, des parcours ludo-éducatifs et des activités avec Leka. Nous n’avons pas été que des utilisateurs d’un « protocole expérimental », j’ai le sentiment d’avoir aidé à la conception de Leka » témoigne Aurore qui a participé au sein de l’association Adèle de Glaubitz.

Une reconnaissance réciproque, partagée par l’équipe de Leka : « L’expérimentation a été pour nous une source d’inspiration et d’apprentissage très importante. Les professionnels ont vraiment été des relais dans notre compréhension des besoins, de l’usage du produit et de la suite que nous voulions donner. Ils nous ont permis d’améliorer notre contenu et nos process et de mieux structurer le développement du robot, en prenant en compte les contraintes techniques et les leurs », illustre Ladislas de Toldi, cofondateur de Leka et chef de projet exécutif.

L’équipe de Leka continue aujourd’hui d’échanger avec les associations expérimentatrices tout en poursuivant son développement au sein du réseau APF France handicap : « Les cinq structures ayant participé à l’expérimentation pilotée par Nexem resteront nos interlocuteurs de choix car nos utilisateurs les plus experts », nous confie Ladislas. « En parallèle, de nouveaux contenus vont être proposés avec l’appui des professionnels d’APF France handicap. Cela nous permettra de nous ouvrir à de nouveaux handicaps comme le polyhandicap. Nous travaillons dès à présent avec les équipes d’APF Entreprises au redémarrage de l’industrialisation afin de pouvoir produire et livrer Leka le plus vite possible », indique-t-il.

Nexem et AG2R LA MONDIALE sont fiers du chemin parcouru et se réjouissent des perspectives qui s’ouvrent pour les personnes en situation de handicap et les professionnels qui les accompagnent.

1. « Leka, un robot pour les enfants en situation de handicap » - 19 mars 2019

2. Centre d’Etudes et de Recherche en Psychopathologie et Psychologie de la Santé.

Contact

Sujet liés