Prévention et lutte contre la pauvreté : deux organismes gouvernementaux fusionnent

19 novembre 2019

Ce 18 novembre 2019, le gouvernement a annoncé la fusion de l’observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) et du conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE). Objectif : renforcer l’efficacité de l’action publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, et davantage associer aux travaux les représentants de la société civile en situation d’exclusion.

Dans le cadre de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, la fusion du CNLE et de l’ONPES doit ainsi permettre de rassembler les énergies et de concentrer les moyens. Cette fusion prendra la forme de la création, à partir de l’ONPES, d’un comité scientifique permanent, directement attaché au CNLE.

« Le nouveau CNLE, doté de ce comité scientifique, constituera à la fois un outil dans la construction de nos politiques de solidarité, mais aussi une vigie dans ce combat commun que nous menons contre la pauvreté et toute forme d’exclusion sociale. », Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé

Ce comité sera composé de 9 universitaires et chercheurs et de représentants de chacun des collèges du CNLE. Il sera, comme l’était l’ONPES, un lieu de croisement et de partage des savoirs, tourné vers une meilleure prise en compte des personnes concernées.

En parallèle, le CNLE connait une refonte de son organisation pour renforcer la dynamique participative en portant de 8 à 32 le nombre de personnes concernées au sein du 8e collège. Ces personnes représenteront dès lors la moitié des membres du CNLE. L’évolution de l’organisation du CNLE s’inscrit dans l’ambition politique du « choc de participation » de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Sujet lié