Pour la création d’un Comité européen de dialogue social sectoriel pour les services sociaux

18 octobre 2021

La Fédération européenne des employeurs sociaux, dont Nexem est membre fondateur, et la Fédération syndicale européenne des services publics ont demandé conjointement à la Commission européenne la création d’un Comité européen de dialogue social sectoriel pour les services sociaux.  

Ces services d’accompagnement des personnes vulnérables, qu’en France nous appelons secteur social et médico-social, bien que comptant plus de 11 millions d’employés dans l’UE27 et au Royaume-Uni, ne disposent à ce jour pas d’une structure européenne de dialogue social.

Un dialogue social reconnu contribuera à relever les défis que connaît le secteur, comme la pénurie de main-d’œuvre que nous connaissons aujourd’hui, alors que les besoins d’accompagnement liés à la transformation de l’offre sont de plus en plus importants, a fortiori, la crise de la Covid-19 et le vieillissement de la population.  

Les deux organisations n’ont pas attendu de disposer d’un comité de dialogue social pour travailler ensemble. Dans le cadre de projets financés par l’Union européenne, elles ont organisé de nombreux séminaires et conférences européennes et publié des déclarations communes et prises de position, par exemple sur les opportunités & défis de la numérisation, le recrutement & la fidélisationl’impact de la pandémie de Covid-19 et l’importance de développer le dialogue social dans l’économie sociale.  

Elles travaillent actuellement, dans le cadre d’un projet intitulé Foresee, sur les conséquences de la crise Covid-19 sur les services sociaux, sur le renforcement des capacités de dialogue social en Europe centrale et méridionale et sur le partage des pratiques visant à renforcer l’attractivité du secteur. Elles entendent aller plus loin dans le cadre d’un comité de dialogue social sectoriel.  

Si la Commission est favorable à la création d’un comité de dialogue social pour le secteur, les partenaires sociaux européens travailleront autour de quatre thèmes principaux :

  1. le recrutement et la fidélisation du personnel ;
  2. les conditions de travail ; 
  3. les marchés publics ; 
  4. le renforcement des capacités des partenaires sociaux dans les pays dans lesquels le dialogue social est peu développé.   

Les deux organisations ont pour l’instant reçu une réponse encourageante du Commissaire européen pour les Affaires sociales et l’Emploi, qui leur a fait part de l’examen de notre demande dans le cadre du processus de révision du dialogue social sectoriel prévu début 2022. 

Articles de presse