Plan pour les banlieues : Jean-Louis Borloo a remis son rapport

3 mai 2018

Jean-Louis Borloo a remis au Premier ministre, le 26 avril 2018, son rapport sur la situation des quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Il a ainsi pu présenter ses propositions pour l’élaboration du plan de mobilisation en faveur des quartiers qui sera annoncé par le président de la République le 22 mai prochain.

Ce rapport est le fruit d’une réflexion et d’un travail menés depuis plusieurs mois avec les élus et les associations de terrain mobilisés au sein du collectif Territoire gagnants. L’ancien ministre de la Ville propose ainsi des mesures sur le renouvellement urbain, l’éducation, la mobilité, la sécurité, la petite enfance, l’emploi, la mixité… Intitulé « Vivre ensemble, vivre grand, pour une réconciliation nationale », le rapport se veut un plan d’actions à 48 milliards d’euros. Il propose de mettre en œuvre « un plan pour une réconciliation nationale » autour de 19 programmes :

  1. La qualité urbaine pour tous
  2. La mobilité, un droit et une nécessité
  3. Investir dans la petite enfance
  4. De l’école à la « cité éducative »
  5. Grandir par la culture
  6. Développer et insérer nos quartiers par le sport
  7. Tout passe par l’entreprise et l’emploi
  8. Un plan national pour gagner la bataille contre l’illettrisme et l’illectronisme, former aux savoirs de base
  9. 200 quartiers d’excellence numérique
  10. Reconnaître les nouveaux visages de Marianne
  11. L’académie des leaders, la nouvelle grande école
  12. Une nouvelle armée de la République solidaire
  13. Agir fermement pour la sécurité et la justice
  14. Des moyens d’agir pour les communes
  15. « La Nation garantit à tous la protection de la santé »
  16. Les associations : le cœur des quartiers
  17. Lutter contre les discriminations
  18. Une Cour d’équité territoriale
  19. À la rencontre de l’Autre

Zoom sur quelques programmes

En lien avec la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté des enfants. le programme “Investir dans la petite enfance“, propose de créer 30 000 places en crèches dans les quartiers de politique de la ville (QPV). De plus, Jean-Louis Borloo demande la création de 300 maisons d’assistantes maternelles. Il propose également d’instaurer le programme “Bonus d’accompagnement social et éducatif” (Base) axé sur le soutien à la parentalité. Diverses dispositions sont prévues comme :

  • une préscolarisation en maternelle à deux ans dans une demi-classe ;
  • une “aide périscolaire de 2 h par jour de 3 à 6 ans” ;
  • “un suivi coordonné par un travailleur social référent pour l’ensemble de la famille et l’ensemble des intervenants”.

Le programme “Une nouvelle armée de la République solidaire” concerne les travailleurs sociaux. Selon le rapport, “les 35 000 professionnels de l’action sociale dans les QPV sont les héros de la République, une richesse extraordinaire pour la Nation”. Mais le constat est que de la complexité de l’organisation administrative résulte un manque d’impact de leur action. Jean-Louis Borloo propose alors de mettre fin aux appels à projet pour permettre aux acteurs sociaux “de consacrer leur énergie à leur métier”. Ils seraient remplacés par des financements sur trois ans. Afin de mieux reconnaître les travailleurs sociaux, le rapport préconise de leur verser une prime qui pourrait se monter à 2 000 € annuels. La prévention spécialisée serait, par ailleurs, renforcée grâce à un budget dédié de 20 M€ et l’intervention sociale collective, développée.

Dans le programme “Les associations : le cœur des quartiers », celles-ci bénéficieraient d’un financement sur trois ans dans le cadre d’une convention pluriannuelle d’objectif. Les associations des QPV auraient aussi désormais un dossier unique de financement. Les emplois francs associatifs seraient deux fois plus subventionnés (6 000 € par an pour un CDD de 3 ans).

Une méthode

En termes de méthode, Jean-Louis Borloo suggère un dispositif particulier. Chacun des 19 chantiers qu’il a identifiés devrait être piloté par “une ou deux personnalités reconnues”. L’ensemble du dispositif serait, quant à lui chapeauté par un “chef d’état-major et une équipe de très haut niveau”. Il propose également un suivi de chaque action avec des indicateurs connus de tous et la présentation d’un rapport annuel d’évaluation devant le Parlement.

Fichier attaché