Notre secteur

1 janvier 2019

L’action sociale et médico-sociale tend à promouvoir la protection des personnes, la cohésion sociale, l’exercice de la citoyenneté, à prévenir les exclusions et en corriger les effets. Les personnes âgées, personne en situation de handicap, personnes et familles vulnérables, en situation de précarité ou de vulnérabilité sont les destinataires de cette action.

Le secteur social et médico-social est constitué en grande partie d’établissements et services du secteur associatif, pour des raisons historiques.

Ce secteur s’est construit parallèlement au secteur sanitaire. Même si des convergences de plus en plus nombreuses existent, ceux-ci sont distincts. Ils ne sont, par exemple, pas régis par les mêmes textes juridiques.

Qui sont les professionnels du secteur social et médico-social ?

Le secteur social et médico-social emploie environ 1,6 million de personnes (Insee / CLAP 2015). Les dépenses de personnel représentent environ 70 à 80 % des budgets alloués au secteur.

Les métiers se complexifient et se diversifient, notamment pour répondre aux enjeux de la transformation de l’offre.

  • Personnel médical et paramédical : médecins coordinateurs, généralistes, psychiatres, infirmier(e)s, aides-soignants, puériculteurs, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes...
  • Personnel social et éducatif : éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs, assistants de service social, conseillers en économie sociale et familiale, éducateurs de jeunes enfants…
  • Personnel administratif et d'encadrement : directeurs, directeurs administratifs et financiers, directeurs des ressources humaines, responsables qualité, chefs de service…

Quel financement pour les établissements et services du secteur sanitaire et social

Quels sont les enjeux et perspectives du secteur ?

  • La transformation de l’offre : assurer un accompagnement global et personnalisé des personnes vulnérables pour leur permettre de réaliser le projet de vie qu’elles désirent et permettre l’inclusion dans la cité.
  • Le décloisonnement et la coordination : faire évoluer les organisations pour travailler avec l’ensemble des acteurs, de tous secteurs, y compris sanitaire, afin de garantir la continuité des accompagnements.
  • La transformation numérique : moderniser les systèmes d’information et adapter les pratiques pour respecter la protection des données personnelles.
  • La qualité : mettre en œuvre des démarches continues d’amélioration de la qualité afin de garantir les meilleurs accompagnements possibles.
  • La planification : connaître les nombreux outils de planification (stratégies nationales, projets régionaux de santé, schémas départementaux…) afin de comprendre la déclinaison locale des politiques publiques.
  • La contractualisation et les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) : comprendre l’évolution des procédures budgétaires ayant un réel impact sur les modes de gestion des établissements et services et un sur les relations avec les autorités de contrôle et de tarification.
  • Les regroupements : adopter des stratégies adaptées dans un contexte incitant aux regroupements entre associations et acteurs.