« Le travail à l'extérieur comme tremplin à l'autonomie » découvrez le projet innovant mené par l’école expérimentale de Bonneuil

24 mars 2021

L’école expérimentale de Bonneuil a été fondée en région parisienne dans les années 60 dans le but de proposer aux enfants en rupture avec le milieu scolaire, une école différente. Aujourd’hui, elle dispose d’un hôpital de jour et propose aux jeunes patients isolés des alternatives pour renouer avec la société ordinaire. Des dispositifs de travail à l’extérieur sont mis à leur disposition de sorte à rompre avec leur isolement. Ce projet remarquable avait été identifié par Nexem en 2019 dans le cadre de son recueil de projets innovants.

Cette démarchzl8v4l2n76-phpeypvvje se fonde sur un désir exprimé par le jeune pour construire un stage, une collaboration avec le milieu professionnel tout en continuant de bénéficier des soins de l’hôpital de jour.

Le dispositif s’appuie sur une équipe psychopédagogique multidisciplinaire... Et la spécificité est qu’il ne s'inscrit pas dans une convention de stage – au sens de la législation du droit du travail. Autrement dit, il peut être activé même pour des jeunes de moins de 16 ans, selon leur capacité.

Pauline Braillon, secrétaire générale de l’’école expérimentale de Bonneuil a accepté de répondre aux questions de la rédaction...

 

À quel stade d'évolution est votre projet et la crise sanitaire a-t-elle eu un impact ?

Nous poursuivons ce dispositif très bénéfique du point de vue clinique et surtout pour l’orientation des jeunes. Mais la crise sanitaire l’a durement impacté, en particulier dans la recherche de nouvelles entreprises partenaires, des entreprises fermées ou frileuses de s’engager dans un accompagnement dans un tel climat sanitaire.

Quel(s) soutien(s) avez-vous pu trouver pour développer votre initiative (technique, financier, politique etc.) ?

Les actions pour trouver des soutiens supplémentaires ont, là aussi, été fortement limitées. Le dispositif a toutefois pu continuer à compter sur le soutien de collectivités déjà investies comme la mairie de Bonneuil-sur-Marne.

Quels enseignements tirez-vous de cette expérience ? Par exemple en termes d’expertise acquise en gestion de projet, de dynamique transverse entre les métiers et ESMS, de coopération, de stratégie associative…

L’enseignement est surtout humain et social. Toutes nos actions sont tournées vers la prise en compte des besoins et du désir du jeune pour son propre projet.
Lorsque nous arrivons à convaincre un.e chef d’entreprise d’un accueil, certes la dimension professionnelle est indéniable, mais c’est surtout une rencontre profondément humaine et vitale pour un jeune. Tout en bénéficiant de soins, il recouvre la capacité d’agir et d’interagir avec l’extérieur, de travailler de ses mains pour un projet qu’il a construit avec l’appui de l’équipe de l’école. Cette transition dans son projet est, lorsqu’elle est possible, indispensable pour le parcours du jeune.

Pour en savoir plus, cliquez ici.