Le jeu de séduction d’une salariée peut exclure la qualification de harcèlement sexuel

29 novembre 2019

Le fait pour une salariée d’adopter une attitude très familière vis-à-vis de son harceleur sur son lieu de travail et de répondre à ses SMS sans l’inviter à cesser tout envoi s’oppose à la qualification de harcèlement sexuel.

En l’espèce, un responsable d’exploitation a été licencié pour faute grave pour des faits de harcèlement sexuel. En effet, « il avait envoyé de manière répétée des SMS à caractère pornographique [à une salariée dont il était le responsable hiérarchique] par l’intermédiaire de son portable professionnel. »

Ce responsable a contesté devant la juridiction prud’homale la qualification de harcèlement sexuel et le bien-fondé de son licenciement pour faute grave. La cour d’appel lui a donné raison en estimant que ces faits n’étaient pas constitutifs d’un harcèlement sexuel, mais que son licenciement était fondé sur une cause réelle et sérieuse.

La suite est réservée aux adhérents. Déjà adhérent ? Connectez-vous.

Adhérer à Nexem, c'est rejoindre un réseau regroupant 10 000 établissements et services employant 300 000 professionnels au service des personnes fragiles.
5 raisons d'adhérer