La stratégie nationale pour l’autisme sera présentée le 6 avril 2018

4 avril 2018

Lors de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme le 2 avril 2018, le gouvernement a annoncé que la stratégie nationale pour l’autisme sera présentée ce vendredi 6 avril par Édouard Philippe et Sophie Cluzel. Cela fait suite au lancement, le 6 juillet 2017, de la concertation sur ce plan autisme

Comme l’a précisé Claire Compagnon, inspectrice générale des affaires sociales chargée du comité de pilotage, il “n’y aura pas de quatrième plan autisme, mais une stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neurodéveloppement (TND)”. Ce changement de dénomination marque une ouverture de la problématique. Ainsi, les actions de repérage, d’information et de recherche de la future stratégie ne se limiteront plus simplement à l’autisme.

L’enjeu du diagnostic

Issue de sept mois de concertations, cette stratégie nationale est, selon Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, “portée au plus haut sommet de l’État”. Ainsi, la recherche sera au cœur de la politique publique. Alors que la Cour des comptes avait préconisé la création d’un institut de recherche du neurodéveloppement, la secrétaire d’État annonce la mise en place d’une task force. Celle-ci permettra de “travailler sur l’opérationnalité de la stratégie” installée par l’exécutif.

Sophie Cluzel a souligné le « très gros enjeu du diagnostic » dans le futur plan. « Dans la nouvelle stratégie, nous voulons pouvoir diagnostiquer les adultes qui ont des prises en charge qui ne sont pas adaptées, qui sont dans les hôpitaux psychiatriques où ils n’ont rien à faire ou alors dans des établissements médico-sociaux sans une bonne prise en charge, parce que non diagnostiqués », a expliqué Sophie Cluzel sur Europe 1, à l’occasion de la Journée mondiale.

Les chiffres clés de l’autisme en France

  • En France, environ 700 000 personnes présentent un trouble du spectre de l’autisme (TSA), dont 100 000 jeunes et enfants de moins de 20 ans.
  • Seulement 0,5 % des personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme travaillent en milieu ordinaire.
  • Seuls 11,6 % des adultes autistes disposent d’un logement personnel.
  • 37 % des Français pensent, à tort, que l’autisme est un trouble psychologique.
  • Seuls 20 % des enfants autistes sont scolarisés.

Pour aller plus loin