La décision au pénal s’impose au juge prud’homal

3 mai 2019

Lorsque l’employeur porte plainte contre le salarié et que celui-ci est relaxé, le licenciement prononcé sera considéré comme non valable.

En l’espèce, la caissière d’un magasin de produits alimentaires, comptant près de 33 ans d’ancienneté, avait été licenciée pour faute grave. Aux termes de la lettre de licenciement, il lui était reproché d’avoir récupéré, sans les payer, des denrées alimentaires pour un montant total d’une centaine d’euros.

L’employeur avait, parallèlement à cette procédure de licenciement disciplinaire, déposé plainte auprès des services de gendarmerie pour ces mêmes faits.

La suite est réservée aux adhérents. Déjà adhérent ? Connectez-vous.

Adhérer à Nexem, c'est rejoindre un réseau regroupant 10 000 établissements et services employant 300 000 professionnels au service des personnes fragiles.
5 raisons d'adhérer