La Commission européenne publie un rapport sur les conséquences de l’évolution démographique

18 juin 2020

La Commission européenne vient de diffuser un rapport sur les conséquences de l'évolution démographique. Celui-ci servira de fondement à une consultation débouchant, en 2021, sur un plan d’action européen pour faire face aux enjeux liés à la démographie. Ce plan d’action aura, à terme, des impacts sur les politiques sociales et le secteur médico-social.

D’ici à 2070, on estime que 30 % des citoyens européens seront âgés de 65 ans et plus, contre environ 20 % aujourd’hui. De 2019 à 2070, la proportion de personnes âgées de 80 ans ou plus devrait plus que doubler pour atteindre 13 %.

Dans le même temps, la population en âge de travailler (20-64 ans) devrait diminuer. En 2019, elle représentait 59 % de l’ensemble de la population. D’ici à 2070, elle devrait être ramenée à 51 %.

Selon la Commission, la diminution de la population en âge de travailler met en exergue la nécessité pour l’Europe et son marché du travail de tirer parti de tous ses points forts, talents et diversité. Pour cela, elle préconise :

  • le renforcement du taux d’emploi des femmes et indique que l’inégal partage des tâches familiales a été particulièrement ressenti pendant la période de confinement lorsque les soins aux personnes âgées, aux personnes handicapées ou aux enfants ont dû être organisés à titre privé et que leur charge a largement été supportée par elles. Cela revient implicitement à dire que ces services devraient être développés. Le défi de la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale est également au cœur du problème ;
  • la réalisation de nouveaux progrès dans l’insertion des travailleurs âgés dans l’emploi ainsi que l’investissement dans les qualifications des personnes ayant un faible niveau d’éducation ;
  • l’ouverture du marché du travail aux personnes handicapées qui contribuerait à une société plus juste et à faire face aux conséquences de l’évolution démographique. Les acteurs de l’économie sociale sont identifiés comme jouant un rôle important dans la promotion d’un marché du travail plus inclusif.

Les systèmes européens de soins de santé et de soins de longue durée (principalement l’accompagnement des personnes âgées et des personnes en situation de handicap) ont été en première ligne tout au long de la pandémie de Covid-19. Ils ont été mis à rude épreuve dans la lutte contre le virus et étaient déjà soumis à une pression croissante, notamment en raison du vieillissement de notre société.

La Commission relève que la demande en personnel devrait augmenter en fonction de la demande en soins de santé et en soins de longue durée. Il existe déjà des signes de pénuries de main-d’œuvre dans ce secteur. La Commission rappelle à ce sujet les travaux en cours de l’OCDE sur le personnel employé dans le secteur qui soulignent l’importance d’améliorer les conditions de travail et de le rendre plus attractif.

Enfin, pour la Commission, « le principal défi consiste à répondre à une demande croissante de services de santé et de soins de longue durée suffisants, accessibles, de bonne qualité et abordables, comme le prévoit le socle européen des droits sociaux ».