Investissement dans l’éducation et la formation professionnelle en Europe

12 décembre 2017

La Confédération des syndicats européens et d’autres acteurs clés, dont le Centre européen des employeurs et entreprises publiques (CEEP), auquel Nexem adhère, ont organisé une conférence sur les stratégies et les investissements nécessaires pour l’éducation et la formation professionnelle jusqu’à 2030.

1/5e des jeunes européens de 15 ans manque de compétences en lecture, science et mathématiques. Plus de 5 millions de jeunes quittent l’école prématurément. Seulement 10 % des Européens tirent profit de la formation tout au long de la vie. L’employabilité des travailleurs peu qualifiés reste, quant à elle, faible.

L’investissement dans les systèmes d’éducation et de la formation reste une responsabilité publique. L’utilisation des fonds privés doit être considérée avec prudence, selon l’étude (en anglais) publiée à l’occasion de la conférence. Les gouvernements nationaux et locaux s’intéressent de plus en plus à la mise en place de partenariats public-privé afin de moderniser les infrastructures. La Commission européenne, quant à elle, incite à utiliser les fonds structurels et d’investissement européens et les instruments financiers, tel le plan Juncker. Ceci nécessite malgré tout une analyse fine dans le secteur de l’éducation et de la formation.

Les partenaires sociaux ont un rôle important à jouer pour optimiser la gouvernance des fonds européens et en particulier le fonds social européen. Il est primordial de faire le lien entre le besoin de main-d’œuvre, les qualifications requises, liées aux transformations du marché du travail et à la digitalisation, et la modernisation de l’éducation et la formation professionnelle pour bien cibler les investissements. C’est pourquoi, les partenaires sociaux au niveau européen invitent les institutions communautaires, mais également les gouvernements des États membres à les impliquer dans les réformes.