Handy’up : des dispositifs innovants pour les enfants en situation de handicap

18 mai 2022

Le groupe associatif Handy’up, né du regroupement de l’ADAPEI Haute-Saône et AGEI, œuvre au quotidien auprès de personnes en situation de handicap et met en place des dispositifs innovants pour les enfants. Géraldine Henry, directrice générale adjointe, secteur enfance et hébergement a accepté de répondre à nos questions...

Pourriez-vous décrire en quelques lignes votre projet ?

Les pôles Enfance de notre association accompagnent des enfants/jeunes en situation de handicap en établissement médico-social (prestations accueil jour) ou en milieu ordinaire (prestations milieu ordinaire). Au-delà de l’accompagnement médico-social, nous avons mis en place trois dispositifs de répits permettant aux parents de bénéficier d’une solution de prise en charge de leurs enfants en dehors des périodes d’ouverture des établissements  (durant les vacances scolaires, en début/fin de journée) ou de bénéficier de soutien et d’échanges entre pairs pour la vie familiale (cf. encadré ci-dessous pour plus détails). 

 

A quels objectifs ce projet répond-t-il ?

Ce projet vise tout d’abord à offrir aux parents un accès pour leur enfant, à des structures de garde et de loisirs, au même titre que tout autre parent. La vie quotidienne des parents d’enfant en situation de handicap est souvent contrainte par l’accompagnement : certains arrêtent de travailler, d’autres renoncent aux sorties, souffrent d’épuisement en tant qu’aidants. Les dispositifs de répit permettent aux parents d’aller travailler, de sortir, de se reposer tout en étant assuré que leur enfant est pris en charge dans un cadre adapté à ses besoins. 

L’autre objectif est de permettre aux enfants en situation de handicap de participer à des activités de loisirs. Le temps passé par les enfants au sein de nos établissements sont dédiés aux projets personnalisés, impliquant un travail sur l’autonomie et les apprentissages. Leur socialisation en dehors des temps en établissement peut être limitée en raison du handicap. Dans ce cas les enfants n’ont peu ou pas accès à des temps de loisirs avec d’autres enfants. Cette situation peut conduire à épuiser les parents, à fragiliser l’équilibre familial, les fratries souffrant de l’attention mobilisée par l’enfant en situation de handicap et donc à dégrader les relations parents/enfants. 

 

D’où est venu l’idée de ce projet ?

Ce projet répond à l’insuffisance de l’offre d’accueil proposée aux parents d’enfants en situation de handicap en dehors des temps d’accompagnement médico-social ou scolaire. Les structures d’accueil et de loisirs en milieu ordinaire n’ont pas toujours les équipes et moyens pour accueillir ces enfants, les parents hésitent à confier leurs enfants à des équipes non spécialisées. De plus, les familles font part d’un besoin de soutien, de temps d’échanges autour de la vie familiale avec un enfant en situation de handicap. 

 

Comment s’est déroulée la mise en œuvre du projet ?

Le projet a été expérimenté de façon spontanée par nos établissements enfance sur la base de leurs moyens propres. Puis, nous avons structuré l’offre pour constituer une proposition commune à l’ensemble des pôles enfance de l’association. Cette généralisation sur l’ensemble du secteur enfance de notre association a été soutenue par l’ARS dans le cadre de notre CPOM.  

 

Quel bilan pouvez-vous tirer de ce projet ?

Chaque année ce sont environ 70 enfants et familles qui bénéficient des dispositifs de répit. Ils ont accès à des temps de loisirs, qui peuvent être partagés avec des centres de loisir du milieu ordinaire  (activités sportives, manuelles, jeux, ballades, musique…). Ces temps d’accueil permettent également de mettre en évidence des capacités chez les jeunes que nous ne percevons pas dans le cadre de leur accompagnement habituel. Ils contribuent à l’équilibre familial, comme en témoignent les parents  qui sont heureux de pouvoir bénéficier de ce service.

 

Quelles sont les perspectives d’Handy’up ?

Pour le moment, les dispositifs Péri-accueil et Parent’hèses sont financés par notre ARS dans le cadre du CPOM. Par contre, nous rencontrons des difficultés pour maintenir le dispositif Avasco. Nous sommes en réflexion pour développer des partenariats avec des acteurs du milieu ordinaire de sorte à pouvoir le pérenniser. 

 

Les trois dispositifs de répit proposés par Handy’up

– Le dispositif Avasco offre un accueil, de 9h à 16h, lors de la fermeture de l’établissement durant les congés et prévoit des activités culturelles, sportives, de loisirs et peut proposer des séjours.

– Le Péri-accueil propose des animations spécialisées le matin à partir de 7h30, le soir jusqu’à 18h30 et le mercredi, pendant la période d’ouverture de l’établissement. 

– Le dispositif Parent’hèses propose une garde personnalisée à domicile ou au Pôle Enfance durant les périodes d’ouverture de l’établissement, ainsi que des sorties en familles en présence de professionnels. 

Pour plus d’infos sur Handy’up cliquez ici.