Focus sur les conclusions de la mission flash sur les aidants

26 janvier 2018

Le député Pierre Dharréville (Gauche démocrate et républicaine) a rendu à la commission des Affaires sociales les conclusions de la mission flash sur les aidants familiaux dont il est le rapporteur. Il propose des pistes de solutions pour améliorer l'aide aux plus de 8 millions de Français qui donnent de leur temps.

La Drees estime à 8,3 millions de proches aidants en 2008 qui accompagnent un membre de leur entourage malade, handicapé ou en perte d’autonomie. Pierre Dharréville qualifie ce phénomène de “massif, remarquable et révélateur”. Mais il lui apparaît que cette réalité est pour l’essentiel “invisible”. Pour apporter aux aidants temps et ressources, la mission parlementaire préconise l’indemnisation d’un congé proche-aidant, instauré par la loi Vieillissement de 2015.  43,14 € par jour est proposé. Le rapporteur a toutefois demandé qu’un chiffrage de cette mesure soit réalisé.

Temps, ressources et accompagnement : trois pistes de solutions

D’autres aménagements ont été proposés à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn :

  • la possibilité d’un allongement de la durée de ce congé, aujourd’hui limité à un an. Cela, avec davantage de souplesse dans les modalités de sa mise en œuvre. Exemple : possibilité de recourir au télétravail pour les aidants en activité professionnelle, accroissement des possibilités de fractionnement du congé… ;
  • le droit au répit devrait également être amélioré, selon le rapport, tout comme la situation des proches-aidants au regard de la retraite. En effet, le rapport recommande d’étendre la majoration de la durée d’assurance vieillesse aux proches-aidants de personnes en situation de dépendance, selon le dispositif déjà mis en œuvre pour les aidants de personnes handicapées ;
  • l’instauration d’une prise en charge à 100 % des dépenses de santé des proches-aidants. Ils sont, en effet, souvent confrontés à des situations d’épuisement, avec des conséquences parfois très graves pour leur santé ;
  • le rapporteur note que la gouvernance et la cohérence des politiques publiques devraient être améliorées. La formation apparaît comme “un élément majeur” de l’accompagnement, tant pour les proches que pour le retour à l’emploi des aidants.