Feuille de route de l’ESS : l’UDES émet 20 recommandations

15 mars 2018

Alors que Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’économie sociale et solidaire (ESS) et à l’innovation sociale, est sur le point de présenter la feuille de route de l’ESS, l’UDES a présenté officiellement, le 9 mars, 20 propositions réparties en 5 axes.

Les axes prioritaires présentés par l’UDES

  • Intégrer les acteurs de l’ESS dans l’élaboration des politiques publiques en associant, notamment, ses employeurs aux instances de concertation et de dialogue social nationales.
  • Mobiliser la puissance publique en faveur de l’ESS en réservant une part des marchés publics au profit du secteur. L’UDES souhaite également mettre en place un cadre règlementaire pour que la baisse des cotisations patronales ne se traduise pas par une baisse des financements publics.
  • Infuser une culture de l’innovation sociale avec la création d’un crédit d’impôt recherche dédié.
  • Accompagner la transition numérique en sécurisant le statut des travailleurs indépendants par l’octroi d’un statut d’entrepreneur salarié associé.
  • Dynamiser la gouvernance des entreprises de l’économie sociale et solidaire en valorisant leurs actifs immatériels et en les incluant dans un référentiel normatif de mesure.

Pour une inscription dans le projet de loi Pacte

Lors du congrès national de l’UDES en décembre 2017, Christophe Itier avait annoncé la mise en place d’un « pacte de croissance social et solidaire » en faveur des entreprises de l’ESS. L’Union indique dans son communiqué qu’elle souhaite que cet engagement “se traduise dans la feuille de route à venir, mais également dans le projet de loi Pacte.”