Enfance en danger : Nexem promeut "l’exemplarité positive" et appelle à son essaimage [Communiqué]

20 janvier 2020

Suite à la diffusion du reportage "Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l’aide sociale à l’enfance", dimanche 19 janvier 2020 sur M6 dans l’émission Zone interdite, Nexem assure les associations et les professionnels de son soutien. Elle prend acte des engagements encourageants pris par le gouvernement sans pour autant se satisfaire d’une dynamique et de financements qui ne sont pas à la hauteur des ambitions et des besoins. Face aux dysfonctionnements, il est urgent de valoriser « l’exemplarité positive », en soutenant les bonnes pratiques et les démarches innovantes.

Sans nier les cas de mauvais traitement et condamnant les pratiques illégales, Nexem, qui représente et accompagne plus de 1 500 établissements et près de 50 000 salariés dans le champ de la protection des mineurs, salue le travail exemplaire des associations et des professionnels. Confrontés à des situations toujours plus complexes et inédites, au manque de financement et d’effectifs, ceux-ci trouvent des solutions pour toujours mieux accompagner les enfants, les jeunes et leurs familles : prévention de plus en plus précoce, création de dispositifs plus souples, coopérations avec les acteurs de l’action sociale, du soin, du logement, de la formation, …

Autant de démarches issues du terrain qui font leurs preuves. Capables d’enrayer les dysfonctionnements, elles restent à encourager et à soutenir par le développement de l’expérimentation, l’enrichissement des compétences et le déploiement au bénéfice du plus grand nombre.

Les nouvelles orientations du gouvernement prises en concertation avec les équipes  de Nexem et les acteurs du secteur, vont dans le bon sens : prévention, sécurisation et diversification des parcours de vie, plan de lutte contre les violences faites aux enfants, dynamique de contractualisation avec les départements, recherche d'une égalité de traitement sur les territoires, formation des professionnels.

Cependant, Nexem appelle le secrétariat d’Etat à la protection de l’enfance à se mobiliser en faveur de l’attractivité des métiers, à clarifier les zones d'ombre quant aux financements alloués aux établissements et services, et à définir un budget à la hauteur des ambitions et des besoins.

Nexem déplore le manque de vision systémique nécessaire à la coopération indispensable des acteurs de l’accompagnement, du soin et du travail social, ainsi que le manque d’articulation interministérielle sur les questions relatives à la protection de l’enfance.

Nexem reste très vigilante quant à la prise en charge des mineurs non accompagnés, au renforcement de l'accompagnement des enfants handicapés, ainsi qu'aux mesures en direction des jeunes majeurs sortis de l’Aide sociale à l’enfance.

Porteuse de propositions, Nexem s’inscrit dans une démarche constructive en vue des travaux annoncés par le secrétariat d'Etat pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance.

Contact

Sujet liés

Articles de presse