Bass - Commission paritaire de branche du 6 mars 2020 : les négociations pour l'accord formation se poursuivent

11 mars 2020

Le 6 mars 2020 s'est tenue une commission paritaire de branche (CPB) ayant pour objectif de poursuivre la négociation en cours afin d'aboutir à un nouvel accord sur la formation professionnelle. Cette séance de négociation s'est concentrée sur l'étude des réponses des organisations syndicales face au texte proposé depuis septembre 2019 par le collège employeur.

Toutefois, même si les enjeux autour de ce nouvel accord formation sont partagés par l'ensemble des organisations, les réponses apportés diffèrent et font encore l'objet de débats.

Ainsi, les différentes organisations s'accordent sur la nécessité de :

  • développer l'apprentissage dans le secteur en agissant sur des leviers concernant à la fois l'attractivité du dispositif pour les nouveaux entrants dans le secteur et les employeurs. A ce titre le collège employeur a rappelé l'importance de limiter le reste à charge afin de développer le recours à l'apprentissage ;
  • favoriser des démarches de co-constructions de parcours professionnels entre employeurs et salariés, notamment en recourant à une co-mobilisation du CPF ;
  • maintenir un niveau équivalent de fonds mutualisés de branche afin de permettre au secteur de développer de nouvelles pédagogiques et développer des partenariats et co-financements ;
  • développer les certifications professionnelles afin de renforcer les logiques de parcours. 

Au-delà de ces enjeux partagés, il convient maintenant pour les partenaires sociaux de réussir l'élaboration de réponses communes. A ce titre, la Confédération du secteur a rappelé la nécessité pour les employeurs du secteur d'aboutir avant l'été 2020 à un nouvel accord permettant de construire les plans de développement des compétences pour 2021.

La prochaine séance de négociation se déroulera le 10 avril 2020. Le collège employeurs apportera ses réponses et propositions complémentaires aux organisations syndicales avec la volonté de conclure rapidement un accord équilibré, mais surtout répondant aux enjeux des employeurs et salariés du secteur.