La FEHAP et Nexem annoncent un plan d’action pour l’attractivité des métiers du secteur privé non lucratif [Communiqué]

4 octobre 2021

Le manque d’attractivité des métiers du secteur sanitaire, social et médico-social est une évidence pour tous, et la crise sanitaire n’a fait que mettre en exergue le problème.  Les fédérations constatent que, sur les territoires, nombreux sont les établissements et services peinant à recruter des professionnels pour soigner et accompagner les personnes malades, en perte d’autonomie et fragiles. La FEHAP et Nexem ont décidé de construire un plan d’action ambitieux reposant sur les dispositifs existants et l’élaboration de nouveaux outils incitatifs, et de s’engager dans une démarche accélérée de fusion de leurs conventions collectives pour constituer un nouveau cadre juridique commun.

Un constat alarmant

71 % des établissements du secteur rencontrent des difficultés de recrutement, phénomène qui s’est intensifié après la crise sanitaire. Plus de 65 000 postes demeurent non pourvus au sein de l’ensemble du secteur sanitaire, social et médico-social privé à but non lucratif. 150 000 départs à la retraite sont à prévoir d’ici 2025 au sein des 35 000 établissements qui le composent*.

Un plan d’action ambitieux

Celui-ci prévoit d’agir notamment sur :  

Les revalorisations salariales, pour des salaires équitables et à la hauteur des enjeux

Les revalorisations salariales accordées par le « Ségur » et le « Laforcade », ont été favorablement reçues par les salariés qui en bénéficient, mais bon nombre de professionnels du secteur privé non lucratif en sont privés contrairement à leurs collègues du public, y compris lorsqu’ils exercent les mêmes métiers.

La FEHAP et Nexem demandent simplement l’équité. Il s’agit là d’une condition nécessaire de l’attractivité de notre secteur.

La formation professionnelle, pour renforcer les parcours

Un travail ambitieux va être mené pour optimiser les outils actuels et les renforcer par des actions complémentaires :

  • la poursuite du travail conduit au sein de l’OPCO santé ;
  • le développement de nouveaux partenariats avec d’autres acteurs de la formation ;
  • le renforcement de l’apprentissage ; 
  • la facilitation de la validation des acquis de l’expérience (VAE) ;
  • un lien plus appuyé entre la formation et l’emploi. 

L’emploi, investir toujours davantage les politiques publiques

La question de l’attractivité des métiers est indissociable de la question de l’emploi. La FEHAP et Nexem vont s’impliquer plus largement dans les politiques publiques liées à l’emploi. (Pôle emploi, missions locales, campus des métiers, centres d’information et d’orientation…)

L’engagement vers une convention collective unique étendue (CCUE)

L’attractivité des métiers ne peut s’envisager sans un cadre juridique à même de la mettre en œuvre. Les intérêts d’une CCUE sont multiples : harmonisation, simplification, clarification, …

Les fédérations ont d’ores et déjà défini des orientations :

  • un socle commun avec des sous-déclinaisons par secteur d’activité ;
  • la valorisation des compétences ;
  • la facilitation des parcours professionnels.

Un calendrier accéléré

Dès le mois d’octobre 2021, La FEHAP et Nexem entameront un tour de France des régions pour aller à la rencontre de leurs représentants territoriaux, tout en poursuivant le dialogue avec les pouvoirs publics. Un plan global pour l’attractivité des métiers et la fusion des conventions collectives vers une CCUE est prévue pour janvier 2022.

Voir ou revoir la conférence de presse de Nexem et de la FEHAP

 

*Sources : étude et sondage Ifop pour Nexem, 2020 ; projections à partir de l’enquête emploi Unifaf (désormais OPCO Santé), 2018

Expert lié

Contact

Sujet liés

Articles de presse